15Oct

Les burgers végétaux : bientôt dans nos fast-foods ?

Dimanche 13 octobre dernier, on fêtait la Journée Internationale du hamburger. Nous nous sommes alors penchés sur cette nouvelle tendance qu’est le burger végétal. Pour exemple, avec son « steak » haché à base de pois chiches et de jus de betterave, la start-up californienne Beyond Meat a fait une entrée spectaculaire en Bourse et débarque en Europe. Les burgers végétaux seraient-ils l’avenir des fast-foods ? Comment expliquer cet engouement ?

Cela fait plusieurs années que la consommation effrénée de viande dans la plupart des pays occidentaux est remise en question au regard des enjeux environnementaux, de la biodiversité et du réchauffement climatique, mais aussi de la santé humaine et de la souffrance animale. Et aux Etats-Unis, les chiffres donnent le vertige. Selon le cabinet de recherche NPD Group, les Américains ont consommé 13 milliards de hamburgers en 2018, soit une moyenne de trois par semaine…

Face à cette addiction, Beyond Meat travaille à reproduire l’illusion de la viande, sans ses effets néfastes. Tout ce qui compose la viande, on peut le retrouver dans le monde végétal. Et ça marche ! La start-up n’est d’ailleurs pas la seule sur ce créneau. On compte également des entreprises comme Impossible Foods, Memphis Meats et l’industrie agroalimentaire, ne voulant pas rester à la traîne de l’innovation, se positionne sur le segment (comme Nestlé).

Grâce à cette innovation, on peut imaginer qu’en 2040, 60 % des viandes que nous mangerons seront issues de viande artificielle à base de culture in vitro, de végétaux, voire d’insectes. Cependant, ces burgers végétaux sont-ils meilleurs pour la santé ? Des diététiciens pointent du doigt la quantité de sel et d’acides gras saturés qu’ils contiennent, sans parler du risque accru de maladies cardiovasculaires. Les burgers végétaux ont donc encore des progrès à faire pour être parfaits…

Source : madame.lefigaro.fr

Laissez un commentaire

Les informations que vous renseignez dans cette zone de texte doivent être pertinentes au regard du contexte et ne doivent pas comporter d’appréciations subjectives et jamais excessives ou insultantes, ni faire apparaître, directement ou indirectement, toute donnée considérée comme sensible (origine raciale ou ethnique, opinions politiques, philosophiques ou religieuses, appartenance syndicale, données relatives à la santé ou à la vie sexuelle, infractions, condamnations, mesure de sûreté)